top of page

Editorial : "Sabbat"

« Ceux qui m’aiment observent mes commandements ».


Parmi les commandements prescrits par le Seigneur dans le premier texte de ce dimanche, entre la reconnaissance de la place unique de Dieu dans la vie du croyant et l’énumération de tout ce que celui-ci devra mettre en pratique à l’égard du prochain, il y a l’ordre de respecter un repos hebdomadaire que le Peuple du premier Testament appelle le Sabbat. Dieu se repose après avoir beaucoup travaillé à la Création, on l’assimile ainsi â notre façon de vivre et Il nous commande de faire de même . Pour nous, chrétiens d’aujourd’hui le sabbat est devenu le dimanche. 

Comment vivre cette demande dans notre monde actuel ? Comment Dieu a t il une place dans notre vie?

Bien sûr, la plupart d’entre nous ne travaillent pas le dimanche et nous apprécions de nous retrouver en famille ou entre amis pour des activités diverses mais interrogeons nous: dans quelle disposition d’esprit sommes nous quand nous venons au rassemblement de l’Eucharistie, si nous y venons…Y a t il dans notre esprit et notre cœur une réelle rupture de rythme qui nous dispose à entrer en relation avec Dieu?

Le temps de Dieu n’est pas celui des hommes, il nous est rendu sensible par la prière et le rassemblement dominical est un des lieux où le temps de Dieu croise celui des hommes , de plus, le temps du Carême est pour les croyants un moment privilégié de cette rencontre avec Dieu, Dieu qui nous parle et Dieu qui se donne au moment de l’Eucharistie. C’est aussi le sens de l’Evangile de ce jour, c’est dans la vie de l’homme que Dieu veut habiter et le corps de l’homme devient temple de Dieu. Si le temple de pierres est détruit, notre corps est déjà celui du Ressuscité.

Alors dans une société où le temps s’accélère, où les moyens techniques arrivent parfois à  submerger l’homme qui ne sait plus très bien qui il est et pourquoi il vit,  respectons cette règle posée par le Seigneur: cessons nos activités , prenons le temps de trouver un espace à l’intérieur de nous-mêmes pour vivre le bonheur du partage avec les autres et la joie de la rencontre avec Dieu, qu’elle soit dans une église au moment de la messe dominicale ou ailleurs.


Françoise Zehnacker


236 vues0 commentaire

Comments


bottom of page