top of page

Éditorial du 22 septembre : « Jalousie des hommes, bonté de Dieu »

Cette parabole des ouvriers de la 11ème heure est assez déconcertante. La décision du maître qui rétribue de la même façon les ouvriers de la première et de la dernière heure nous choque. Où est la justice? Où est la valeur du travail ? Voilà une parabole qui va à l’encontre de notre bon sens. Nous comprenons la réaction des ouvriers de la première heure et leur jalousie nous semble même bien légitime.

En fait , le sens de cette parabole n’est pas là, elle est dans la phrase:

« Est ce que ton regard est mauvais parce que je suis bon? »

Ce propriétaire dont parle Jésus ressemble à Dieu.

Il est bon, il donne sans compter, les ouvriers qui ont travaillé toute la journée ne sont pas lésés. Ils reçoivent le salaire convenu. Ce que le maître donne aux autres ne leur enlève rien.

Ce qui nous surprend, c’est cette gratuité de Dieu. Il fait confiance à tous les hommes de bonne volonté, certains ont attendu des heures pour une embauche, il les respecte et pour Lui, chacun est digne de recevoir son Amour. En cela, il surprend notre façon d’aimer et nos façons de faire trop humaines. Qu’importe si ce désir de servir Dieu se manifeste tôt ou tard dans notre vie, Dieu nous appelle tous à l’aimer et Dieu aime chacun d’un amour infini. Il n’y a pas de compétition dans le Royaume de Dieu, il n’y a pas de hiérarchies fondées sur les apparences et Dieu donne sans retenue et sans jugement de valeur. Il nous aime tous.

Nous sommes bien loin de la représentation du Dieu juge présenté dans certains passages de la Bible.

Dieu est bienveillant, confiant et juste, sachons lui rendre grâce de tout ce qu’il nous donne.

177 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page