Conférence d'Anne-Dauphine Julliand

thumbnail_a3424cf4-b0ac-457b-bb1b-7eb1615c3865.jpeg
"Consoler, ce n'est pas distraire ni effacer. Consoler, c'est apporter de la paix dans la souffrance."
"Aujourd'hui je suis en noir. Ce n'est pas que je vais imposer ma souffrance. C'est que je m'accorde avec mon coeur".
"Quand on s'approche pour consoler, on s'engage. Ça nous implique personnellement."
"Connaissez-vous le Kintsugi ? C'est un art japonais qui consiste à réparer des vases cassés avec de la colle contenant de la poussière d'or. C'est cela la consolation, c'est embellir l'autre. Le rendre encore plus cher."
"Qu'est-ce qui nous fait le plus souffrir ? C'est d'aimer. La source de nos plus grandes souffrances est aussi celle de nos plus grandes joies. "
"Consoler réveille notre humanité. Les animaux ne se consolent pas. Lorsque quelqu'un que je ne connais pas vient me consoler, c'est pour moi comme si l'humanité entière me disait qu'elle reconnaissait ma souffrance. "
"Lorsque je porte le deuil, je dis: "ne me secouez pas car je suis pleine de larmes" (Henri Calet). Soyez doux avec moi. Faites attention à moi, je suis fragile. Parlons de ce que je vis."
"Malgré l'hiver, le printemps arrive. Quelle que soit la rigueur de l'hiver, les fleurs du printemps se préparent au même moment. Sous le manteau de neige, sous cette couche de glace. "
"Vivez ce que vous avez à vivre. Si c'est le printemps que vous avez à vivre, vivez-le. Sans avoir peur ni vous dire qu'il faut faire des réserves : la peur de souffrir peut être une plus grande souffrance que la souffrance elle-même. "
livre adj.jpeg
AFFICHE CONF ANNE DAUPHINE JULLIAND-page-001.jpg