top of page

Éditorial du 13 octobre : « De larmes et de sang ».


Toujours et encore, Rachel pleure ses enfants… Combien de massacres devra encore subir cette terre ? Combien de temps les larmes et le sang reviendront en gorger le sol ? Le traumatisme des attaques perpétrées samedi 7 Octobre 2023 sur le sol israélien signe le funeste tournant d’un conflit qui se révèle plus explosif que jamais. Et la sidération semble rendre inéluctable un embrasement en forme de point de non-retour.


Bien sûr, cette flambée de violence de la part du Hamas s’inscrit dans une histoire, un contexte. Le désespoir immense qui bouillonne dans le chaudron de Gaza, entre blocus et frappes à répétition depuis 15 ans, la colonisation qui continue de s’étendre en Cisjordanie, l’extrémisme décomplexé au sein même du gouvernement de Benyamin Netanyahou : autant de situations dénoncées depuis des années mais rien ne peut excuser, et encore moins justifier, les massacres dont se sont rendus coupables les islamistes qui prétendent défendre la cause palestinienne. Le bilan humain lui-même les juge. Des morts par centaines, des blessés par milliers. Des femmes, des enfants, des personnes âgées, des familles complètes, sauvagement exécutés ou emportés comme otages. Des civils choisis comme cibles par les terroristes pour semer l’effroi, l’horreur et, inévitablement, le désir de vengeance. Car, toujours, le sang réclame le sang, et combien faut-il de sagesse pour rompre le cycle infernal de la violence !

Le désir de vengeance, l’horreur en réponse à l’horreur… les voix qui recherchent la paix ont-elles encore une chance de porter au milieu de ce tumulte ? Le monde n’a guère besoin d’un nouveau front. L’agression inique de l’Ukraine ou l’épuration ethnique en cours au Haut-Karabakh charrient suffisamment d’atrocités et de vies brisées. Mais rappelons-nous aussi qu’en Afrique du Sud, même en Irlande du Nord, des situations a priori désespérées ont su trouver le fragile chemin de la paix. Plus que jamais, sans doute, il réclame ses artisans. L’époque est-elle seulement prête à les écouter ?


Bonne Nouvelle, dans la première lecture de la messe de ce dimanche, Isaïe nous annonce que Dieu prépare pour tous les peuples un festin somptueux. Mauvaise nouvelle dans l’évangile : des convives pensent avoir mieux à faire que de s’y rendre. Autrement dit : Qui répondra à l’invitation à ouvrir des chemins de dialogue et de paix ? Dieu offre le Salut largement et généreusement, ne soyons pas empêtrés dans nos occupations, n’oublions pas son appel à être des artisans de paix !

P.ROLLIN+ Recteur St Bonaventure/Chapelle Hôtel-Dieu


À noter : Temps d’échange et de partage sur la paix dans le monde avec le mouvement PAX CHRISTI : Mardi : 14, 21, 28 novembre 2023 de 14h30 à 16h.

336 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page