top of page

Édito « Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité. »


Deux fois dans cet évangile, le mot « autorité » en parlant de Jésus! Dans notre monde actuel où l’autorité est une notion très galvaudée, où on conteste facilement tout ce qui  gêne et entrave la liberté,  où on a tendance â confondre bien rapidement autorité et autoritarisme, comment comprendre ce texte ?


L’autorité a une racine grecque mais également une racine latine qui comporte une notion de direction, il vient du verbe augere qui signifie augmenter pour aller  vers quelque chose de meilleur , il a donné aussi le mot auteur, celui qui crée, celui qui a la faculté d’être écouté .


Face à l’homme possédé , Jésus fait preuve d’autorité: « Tais-toi, Sors de cet homme. » Il est venu pour libérer les prisonniers du mal qui les habite et il demande le silence, silence dont il a besoin pour créer un espace qui permette le respect de l’autre et qui lui permette  de choisir librement.  Jésus n’est pas un envahisseur, il ne s’impose  pas par la force, le sens de son intervention, c’est d’aimer l’homme qui est en face de lui.  


C’est à chacun de nous en toute liberté personnelle de prendre la décision de nous conduire en fils de Dieu car nous savons que Dieu nous aime et nous soutient.


 Cependant, nous ne sommes pas des anges et comme l’a dit Saint François de Sales: « Là où il y a de l’homme, il y a de l’hommerie. » Quand il s’agit de notre liberté, c’est très difficile, et il faut l’ascendant d’une personne qui fasse autorité, l’amour bienveillant d’un père qui nous appelle à nous dépasser, qui nous fasse grandir dans l’amour de l’autre. La mission de Jésus est donc de libérer l’homme des chaînes qui l’entravent, chaînes de l’égoïsme, du paraître, du fanatisme, chaînes de l’incompréhension de la pensée de Dieu.



« C’est en vertu de sa propre insuffisance que l’homme s’ouvre à la paternité de Dieu. La liberté de l’homme naît de ce qu’ il laisse le vrai Dieu être l’unique Seigneur. Et cela permet d’accepter sa fragilité et de refuser les idoles de notre cœur. Dans le Christ, notre fragilité n’est plus une malédiction mais le lieu de la rencontre avec le Père et la source d’une nouvelle force venue d’en haut » ( Catéchèse du Pape François Vatican 8 )

Heureuse autorité de Jésus qui libère l’homme pour l’ouvrir à la vie de Dieu.

200 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page